«Le Paraïs» - Maison de Giono


Crédits : © De Pierrefeu Odile - Monuments historiques

Jean Giono (1895-1970) est l’un des grands écrivains du XXe siècle. Fils d’un cordonnier et d’une repasseuse, il est né à Manosque, qu’il n’a jamais quitté. Dès la publication de Colline, en 1929, il connaît le succès. À la fois conteur et poète, il compose avant 1939 d’amples romans lyriques et épiques : “Regain”, “Le Chant du monde”, “Que ma joie demeure”. À partir de 1934, il milite pour le pacifisme intégral et publie plusieurs essais contre la guerre et la civilisation technicienne. Après 1945, son écriture devient plus incisive, allègre et ironique, tandis que son œuvre prend une tonalité sombre et pessimiste. Elle se développe dans deux directions : le « cycle du Hussard » avec “Angelo”, “Le Hussard sur le toit”, “Le Bonheur fou” et “Mort d’un personnage” et la série des « Chroniques romanesques », dont “Un roi sans divertissement” et “Les Âmes fortes”. Il entre à l’Académie Goncourt en 1954 et élargit sa création au cinéma, réalisant lui-même “Crésus” (1960). Solitaire, inclassable, en marge de tous les courants littéraires de son temps, Giono laisse une œuvre immense, traduite en plus de cinquante langues. «Le Paraïs» fut acheté par Jean Giono en 1930. Dans cette oasis de verdure, à l’écart de la ville, il a vécu et écrit la plus grande partie de son œuvre jusqu’à sa mort en 1970.

Propriété privée.

Informations de contact
Montée des Vraies-Richesses, Manosque, 04100, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Les Réseaux Sociaux